Crise de trĂ©sorerie đŸ’„â€Œïž

Deux cas peuvent créer une crise de trésorerie :

bumper-blog-news-immobilier-lyon-appartement-vente-achat-investir-homestaging-design-decoration-lifestyle-art1.png
 

1. Lors d’un premier ou d’un nouvel achat :

  • Vous ĂȘtes un primo accĂ©dant et vous achetez votre tout premier appartement en rĂ©sidence principale ou bien vous vendez votre rĂ©sidence principale pour faire un nouvel achat.
  • Vous avez un apport personnel et un budget d’achat global — ( apport + un montant d’emprunt possible souvent dĂ©terminĂ© avec votre banque ou par le biais d’un courtier.) — pour l’appartement que vous souhaitez acheter.

Comment Ă©viter une crise de trĂ©sorerie ? 
→ Calculer le coĂ»t rĂ©el mensuel de l’investissement, c’est Ă  dire :

> Le montant du remboursement mensuel de votre empreint.
> Le montant de l’assurance du prĂȘt. 
> Le montant de l’assurance habitation.
> Le montant de la taxe fonciĂšre.
> Le montant de la taxe d’habitation.
> Le montant des charges de copropriĂ©tĂ©, c’est Ă  dire des frais et dĂ©penses nĂ©cessaire au bon fonctionnement de la copropriĂ©tĂ©. 
 â†’ (Celles-ci se fond par le biais d’appels de fonds trimestriels).
> Le montant des appels de fonds exceptionnels pouvant provenir de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou bien de rénovation des parties communes.
 â†’ 🚹Attention 🚹: ceux-ci peuvent ĂȘtre imposĂ©s par la ville et les budgets sont trĂšs importants.

Une fois le coĂ»t mensuel de l’investissement dĂ©terminĂ©, dĂ©duire celui-ci de vos revenus globaux aprĂšs impĂŽt. Le montant restant est votre “reste Ă  vivre”, c’est Ă  dire le budget mensuel qu’il vous reste pour le mois.

→ Revenus -total charges = Reste à vivre.

Si vous passez de la location Ă  l’achat, il est impĂ©ratif de prendre en compte les charges additionnelles.

2. Lors d’un investissement locatif :

Vous avez des fonds Ă  placer et vous souhaitez acheter un bien en direct ou par le biais d’une SCI pour faire un investissement locatif. De mĂȘme que pour un nouvel achat, vous avez un apport personnel et un budget achat global — (apport + un montant d’emprunt possible souvent dĂ©terminĂ© avec votre banque ou par le biais d’un courtier) — pour le bien que vous souhaitez acheter.

Comment Ă©viter un crise de trĂ©sorerie ? 
→ Calculer le coĂ»t rĂ©el mensuel de l’investissement, c’est Ă  dire :

> Les mensualités du crédit.
> L’assurance du prĂȘt.
> L’assurance PNO (propriĂ©taire non-occupant) & l’assurance loyers impayĂ©s
> La taxe fonciĂšre. 
> Les charges de copropriĂ©tĂ©, c’est Ă  dire des frais et dĂ©penses nĂ©cessaire au bon fonctionnement de la copropriĂ©tĂ©. (Celles-ci se fond par le biais d’appels de fonds trimestriels).
> Les charges de copropriété exceptionnelles pouvant provenir de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou bien de rénovation des parties communes.
 â†’ 🚹Attention 🚹: celles-ci peuvent ĂȘtre imposĂ©es par la ville et les budgets sont trĂšs importants.
> Les frais de gestion ( si vous passez par une agence)
> Les impĂŽts fonciers 🛎
> Travaux de rĂ©paration Ă©ventuels (Ă  la charge du propriĂ©taire)

Calculer les revenus locatifs annuel : 
 â†’ Loyer mensuel x 12

Une fois le coĂ»t mensuel de l’investissement dĂ©terminĂ© ajoutez-y les charges que vous avez sur votre rĂ©sidence principale (prĂȘt ou loyer, taxe fonciĂšre, charges de copro, assurances etc). DĂ©duisez celles-ci de vos revenus globaux aprĂšs impĂŽt.

Le montant restant est votre “reste à vivre”, c’est à dire le budget mensuel qu’il vous reste pour le mois.

→ Revenus -total charges = Reste à vivre.

Les meilleures solutions:

 
bumper-blog-news-immobilier-lyon-appartement-vente-achat-investir-homestaging-design-decoration-lifestyle-art0.png
 

Dans les deux cas : 
ANTICIPER & FAIRE UNE SIMULATION SUR PLUSIEURS ANNÉES

Dans le 2Ăšme cas : 
 â†’ Soyez trĂšs vigilant sur la notion de fiscalitĂ©. Tout investisseur immobilier doit chercher Ă  connaĂźtre l’impĂŽt engendrĂ© par ses loyers.
🚹Attention 🚹: Celui-ci est compliquĂ© Ă  calculer et change chaque annĂ©e →l’impĂŽt va s’alourdir au fur et Ă  mesure du temps. (Ne pas oublier que l’échĂ©ance du prĂȘt n’est pas dĂ©ductible, seuls les intĂ©rĂȘts du prĂȘt le sont. Il est nĂ©cessaire de calculer l’impĂŽt pour chaque annĂ©e afin de prendre en compte la dĂ©gressivitĂ© des intĂ©rĂȘts d’emprunts dĂ©ductibles et ainsi l’augmentation de l’impĂŽt foncier.)

A SAVOIR : Les fonds que vous gagnerez grĂące au bien immobilier ne suffiront pas Ă  payer les charges gĂ©nĂ©rĂ©es par ce mĂȘme bien. (Ça serait trop facile sinon !)

→ Avant de faire un tel investissement assurez-vous d’avoir la trĂ©sorerie pour supporter les charges.