Posts tagged art nouveau
Quelle époque, quel immeuble 🤔?
 
 

Ne vous êtes-vous jamais demandé en balade ou visite de quelle époque date tel ou tel immeuble ? C’est tellement difficile de s’y retrouver…

 

1/ Regarder la forme de la rue

 

Sa taille, ses courbes sont de précieux indices pour déterminer l’âge de la rue. 
Les chemins pavés, rues étroites et sinueuses, ce sont des signes de l’époque de La Renaissance (1300–1700) visibles dans le quartier du Vieux Lyon.

Plus la rue s’agrandit, plus nous avançons dans le temps ! C’est au XIX siècle que Georges Eugène Haussmann marque le plan d’urbanisme de notre époque moderne. L’idée maîtresse de ces énormes travaux urbains était de permettre un meilleur écoulement des flux d’une part d’hommes et de marchandises pour une meilleure efficacité économique.

 

2/ La hauteur des immeubles

En 1667, la hauteur était en général fixée à 17m pour se prévenir des incendies. En 1784, celle-ci se faisait en fonction de la largeur de la rue. Mais il n’est pas rare de voir des agrandissements par l’ajout d’un ou deux étages plusieurs années après la construction de l’immeuble.

 

3/ Reconnaitre les immeubles plus anciens

Ce sont souvent de petits immeubles de 2 ou 3 étages avec un commerce en rdc, avec deux fenêtres et une façade blanche, sans fioritures. Ceux-ci datent en général du XVI siècle.

À l’époque de Louis XIV, il n’est pas convenable de se faire remarquer ! Les lignes sont droites, sobres, strictes et les constructions fonctionnelles = le style Classique.

 
 

4/ Le style Louis XV (1700-1760)

On le distingue plus facilement, les ornementations sont très marquées : des visages, des motifs végétaux ou animaux sont très fréquents. Par ailleurs, voir 4 à 5 étages est fréquent et on retrouve 4 fenêtres en façade.

 
 

5/ Le passage au style Antique

C’est ensuite Louis XVI (1760-1790) qui fait du style antique, une véritable mode. Le décor chargé et très décoratif laisse peu à peu la place à un style simple, modeste, discret avec beaucoup d’éléments grecs : frontons, lauriers, feuilles d’oliviers, rubans, urnes, vases ainsi que les consoles décoratives aux fenêtres.

 
Place Vendôme Paris

Place Vendôme Paris

 

6/ le style Empire (1800–1815)

Celui-ci se rapproche du style antique mais les décors sont plus lourds, on le voit surtout dans les colonnes et statues massives.

 

7/ la période Romantique ou le style Louis-Philippe (1830–1850)

C’est après la Restauration (1815–1850) que l’on voit apparaitre une architecture plus légère. La période voit la naissance de fenêtres persiennes en bois (dais, chambranles) mais aussi l’importance de petits balcons destinés à recevoir une décoration végétale, l’ensemble est qualifié de romantique «fleuri».

 

8/ Haussmann est là (1850–1870) !

L’alignement par les grandes avenues et le balcon filant sont caractéristiques de l’architecture Haussmannienne. La pierre de taille est aussi rendue obligatoire pour la construction. Les immeubles ont 4 ou 5 étages et l’étage noble, qui doit se distinguer par des plus grandes fenêtres, est le deuxième.

 
 

9/ L’Art Nouveau (1895–1914)

Ce style se caractérise par des motifs végétaux et féminins ainsi que de nombreuses audaces stylistiques (courbes, lianes…). Il prend naissance autour des années 1900 et certains immeubles sont signés et datés, ce qui facilite les choses.

 
La Martinière Lyon

La Martinière Lyon

 

10/ L’Art Déco (1920–1930)

Il marque un retour vers un style plus strict après la guerre de 14–18 et autour des années Trente. Voici l’arrivée des grandes baies vitrées, ferronneries droites et l’usage de matériaux originaux.

 
Garage Citroën

Garage Citroën

 

11/ Les Trente Glorieuses (1946-1976)

En 1967, la nécessité de loger le maximum de monde à un prix raisonnable voit la naissance de la barre d’habitation. Les hauteurs maximums sont revues à 37m avec généralement des parcs de stationnement, des espaces verts, des terrains de sport. C’est “l’unité d’habitation” de Le Corbusier.

 
La Cité Radieuse, Le Corbusier

La Cité Radieuse, Le Corbusier

 

12/ Et à partir de 1976…

Des immeubles moins hauts et plus travaillés voient le jour. La recherche de rythme prend corps dans la façade avec terrasses et couleurs, le béton uniforme se fait rare, la courbe et le style refont leur apparition dans un ensemble qui se veut très fonctionnel mais original.

 

Voir un dossier très complet pour les plus studieux → ici

(autre source www.lesparisdld.com)